Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 17:18

Neige sur la route 

 

 Après l’épisode neigeux de janvier 2003 qui avait vu des milliers d’automobilistes immobilisés sur les routes d’Ile de France lors des retours de vacances de Noël, le 8 décembre 2010 c’est une telle situation qui a touché la région Ile de France avec plusieurs milliers d’automobilistes coincés sur les routes par les chutes de neige et le verglas. Cela a eu pour conséquences l’impossibilité de rouler et de franchir les côtes occasionnant une immobilisation du trafic en certains endroits et des accidents. La polémique enfle une fois de plus et le gouvernement annonce une mission d'expertise car ce type d'événement et de cafouillage n’est pas une première. Et l’on peut se demander combien de fois avons-nous expérimenté la fragilité de nos modes de transports suite à des conditions météorologiques dégradées ?

 

 

Je repense déjà aux épisodes neigeux du début de l’année 2010 qui faisaient l’actualité à plusieurs reprises. L’Histoire a beau se répéter, les autorités n'en tirent pas de leçons. Comme le mentionnait Jacques Ellul, durant l’hiver 1985-1986 la France connût une période hivernale très intense donnant lieu à l’interruption du trafic ferroviaire et du trafic routier pour cause de routes verglacées, de nombreuses pannes d’électricité par suite de rupture de câbles, et des difficultés d’approvisionnements »1. Nous n’en sommes pas encore là mais nous avons eu quand même des aéroports fortement perturbés alors que l'avion est un mode de transport de plus en plus employé. Souvenons-nous aussi des mises en garde de RTE de la fin novembre 2010 sur le risque de pic de consommation d’électricité occasionné par la vague de froid, et que dire des foyers privés d'électricité.

 

 

Encore une fois un phénomène météorologique de froid occasionne une pagaille importante dans les transports quotidiens et souligne « la situation d’un système socio-économique dont le fonctionnement et la survie peuvent à tout moment être mis en cause par des événements aléatoires »2. Ces conditions météorologiques illustrent la fragilité du système technicien comme le rappelait Jacques Ellul à la suite de Ingmar Granstedt.

 

 

Le fonctionnement de notre société repose sur une mobilité accrue des individus et des marchandises utilisant un système de transport vaste et aux modes variés. En France, une bonne partie des déplacements s’effectue par la route, il n’y a qu’à penser aux innombrables camions de marchandises. Et il ne faut pas oublier aussi que la région Ile de France est la première zone économique de France et d’Europe. De plus, la région parisienne est la région la plus peuplée de France avec 11,6 millions d’habitants et nombre de personnes font un trajet domicile-travail entre la banlieue et Paris, résidant en périphérie. Et l’automobile reste un moyen de transports privilégié par nombre de personnes en raison de leur lieu d’habitation ou de leurs horaires.

 

 

Encore aujourd’hui nous sommes peu armés pour faire face à des conditions météorologiques extrêmes, que cela soit le froid ou la canicule comme en 2003. La mauvaise communication des pouvoirs publics reste toujours la même. Concernant le trafic aérien, courant novembre les aéroports de Paris avaient réalisé un exercice de simulation de situation de neige, cela n'a pas empêché des perturbations. Sur la route, nous ne sommes pas habitués à conduire sur sol glissant, ni même équipés de chaînes et de pneus neige. Aussi, avons-nous pu voir des touristes étrangers interrogés par les journalistes répondre que dans les pays nordiques ou le Canada il n’y avait pas ce genre de problème.

 

 

Certes la quantité de neige qui est tombée a surpris tout le monde et les moyens à disposition et nécessaires insuffisants. En effet même si les outils de prévision, de prévention et d’information existent, il demeure toujours une imprévisibilité dans les conséquences de ce genre de phénomène. Bien sûr Météo France s’efforce de les anticiper afin de prévenir les populations. Et certains ont choisi de rester dormir sur leur lieu de travail. L’info trafic routier, s’il nous informe que ça bouchonne, est bien impuissant à nous sortir de l’impasse, le système de navigation bien à la peine pour nous proposer un itinéraire déneigé !

 

 

Il est possible de faire des reproches aux responsables du système routier qui ont la charge de le rendre praticable et de prendre les décisions et les actions adaptées. Notre système de transports s’est étoffé et le trafic s’est intensifié. Les distances parcourues quotidiennement se sont accrues ainsi que le temps de transports. Or, dans un système « plus la rapidité de fonctionnement est grande, plus la réponse à l’événement inattendu est lente »3, qui plus est le système routier francilien est largement fréquenté, d’où sa fragilité lors de la survenue d’un problème. Il n'y a plus de marge d'erreur compte tenu de la densité du trafic routier. Entre des autorités rassurantes et les agents sur le terrain venus apporter quelque aide sur la route, les naufragés de la route en ont eu pour leur frais, s’apercevant de la vulnérabilité de nos modes de vie et de nos transports.

 

 

 

Gageons que les services de l'État mais aussi les sociétés privées d'autoroutes tireront les leçons de cet épisode en faisant leur stock de sel et en effectuant les mesures préventives adéquates car nous ne sommes pas encore entrés dans l’hiver et que le dégel est à chaque fois venu à notre rescousse. Qu’en serait-il si cela durait plusieurs jours? D’ores et déjà, il y a fort à parier que les vendeurs d’équipements de neige vont réaliser de bonnes ventes. Si le ciel ne nous aide pas, à chacun de s'aider et de s'entraider!

 

 

Références :

 

1 ELLUL, Le bluff technologique, 1988, p.143.

2 Ibid., p.145.

3Ibid., p.144.

Partager cet article

Repost 0
Published by Emmanuel Pagès
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Automobile et sécurité routière_Le blog de Emmanuel Pagès
  • : Une approche sociologique de la sécurité routière et des usages de l'automobile d'aujourd'hui et de demain.
  • Contact

Recherche